16 janvier 2019

Parce que performance digitale rime avec SEO, MyConsulting renforce son équipe avec Marvin, consultant SEO. Dernier arrivé de la famille MyConsulting, Marvin est passionné par la création de meubles DIY et les welshs (Lillois oblige !). Nous lui avons demandé de nous expliquer son parcours, sa vision, sa définition du métier. Pour enfin tout comprendre sur le SEO, c’est ici !

Raconte-nous ton parcours professionnel :

J’ai débuté dans le référencement naturel en 2013, par un stage puis un contrat de professionnalisation chez l’annonceur, plus précisément pour un site e-commerce de vente de cuisines. À cette époque je suivais une formation web générale autant technique que marketing. J’y ai découvert le b.a.-ba de l’optimisation technique et de la rédaction web. Nous avions fait appel à un référenceur influenceur Laurent Bourrelly, la « SEO rock star » comme il se faisait appeler à l’époque, pour un accompagnement personnalisé. Nous avions pu profiter de ses enseignements sur le cocon sémantique avant que cela ne devienne populaire.

J’ai ensuite continué chez l’annonceur, dans le secteur du funéraire, où j’ai pu y appliquer la théorie du cocon sémantique. La majorité du trafic provenait de nos pages de contenus et en quelques mois nous étions positionnés sur près de 1500 mots-clés en première page des résultats de recherche de Google. Cette expérience m’a permis de développer mes compétences en rédaction web. J’y ai également fait mes premiers pas en netlinking.

Je suis ensuite parti en agence spécialisée en web marketing pendant 3 ans. J’y ai développé mes connaissances et mon savoir-faire sur des points complémentaires au SEO : Analytics, reporting, Google Ads, Google Shopping, Marketplaces…

La diversité des clients btoc ou btob (au rayonnement international ou plus confidentiel) m’a permis d’acquérir plus de polyvalence. Les clients accompagnés venaient de secteurs très différents : prêt-à-porter, lingerie, animalerie, hôtellerie, rangement d’intérieur, bailleurs…

Cela a également été l’occasion « d’apprendre » la pédagogie, indispensable pour évangéliser les collaborateurs autour des enjeux du SEO. J’ai en effet animé des séances de coaching SEO auprès de clients. J’ai aussi eu la chance d’animer un module du séminaire de rentrée de l’université de Lille 1 trois années de suite. Celui-ci portait sur les concepts de base du référencement naturel.

Expert SEO

Comment définirais-tu ton métier ?

C’est un métier un peu « touche à tout ». Il faut avoir des connaissances techniques, rédactionnelles ainsi qu’une sensibilité marketing. Le SEO ne cesse d’évoluer. Avant, trouver les bons mots-clés et les intégrer dans des balises, textes parfois vides de sens et faire du netlinking en masse pouvait suffire. Aujourd’hui, l’internaute est au centre de la stratégie, même si l’aspect popularité et autorité (netlinking) a évidemment encore de l’importance.

Et le consultant SEO sort de plus en plus de son périmètre initial. Il peut conseiller au client de s’engager sur les réseaux sociaux, de publier des contenus riches comme des vidéos ou encore proposer des fonctionnalités innovantes comme l’intégration d’un configurateur de produits. On peut alors parler de SXO : une alliance entre l’expérience utilisateur au sens large, l’ergonomie (UXdesign) et le SEO.

Explique-nous-en quelques mots ce qu’est le SEO :

Pour partir sur une définition simple : je dirais que l’optimisation SEO, c’est l’action d’un ensemble de leviers, techniques et marketing qui ont pour finalité d’améliorer la visibilité dans les résultats de recherche, sur des expressions qualifiées.

Ces leviers vont reposer plus précisément sur plusieurs points : l’optimisation technique, le choix d’expressions cibles, la sémantique, le content marketing, le linking et la réputation (réseaux sociaux). Selon le type de client, il faudra plus ou moins pousser certains leviers pour atteindre les objectifs.

Quelles sont les compétences nécessaires pour être un bon consultant SEO ?

De la curiosité. Il n’y a qu’une formation dans le cursus scolaire classique publique. Les écoles privées de communication et marketing vont généralement intégrer le SEO dans un programme global de webmarketing. Il faut donc arpenter les sites, forums, réseaux sociaux, suivre les influenceurs, participer à des webinars, se rendre à des conférences, et surtout rester en veille.

De la patience et de la minutie. J’ai rencontré des cas techniques assez complexes dans mes précédentes expériences. Et il faut savoir analyser finement certains éléments techniques bloquant et parfois bien cachés.

Quel est le process que tu appliques quand tu reçois une demande client ?

Dans l’idéal, je préfère le rencontrer pour comprendre son métier et ses objectifs. Cela permet d’avoir des informations essentielles : ses concurrents (et pas forcément ses concurrents SEO), son vocabulaire, sa cible. Ensuite, selon les demandes, il peut y avoir réalisation d’un benchmark concurrentiel plus ou moins approfondi. Un audit technique et de positionnement est réalisé, pour partir sur de bonnes bases. Selon les objectifs, une stratégie de mot clés est établie, elle peut être transactionnelle, informationnelle ou combinée. Une fois les bases posées, la prestation d’accompagnement peut débuter.

Search engine optimization

Quelles sont les limites du SEO ?

Il n’y a pas à proprement parler de « limites du SEO », mais c’est au consultant SEO de poser des limites au client. Certains objectifs sont difficilement réalisables, par exemple si un commerçant de proximité souhaite vendre ses produits en ligne, il peut se retrouver face à de gros sites concurrents comprenant des milliers de références. Les chances d’obtenir un positionnement sur des requêtes concurrentielles est alors difficile, voire impossible. C’est la que la pédagogie intervient aussi, il faut
faire comprendre au client que ces objectifs sont trop audacieux.

Le temps peut aussi être perçu comme une limite. Obtenir un positionnement peut prendre du temps. Selon les secteurs d’activité et la concurrence, le temps nécessaire pour se positionner peut varier de quelques mois à une année, et c’est Google qui le dit ! Pourtant c’est une solution pérenne lorsque la stratégie est bien pensée.

Dans quel cas faut-il faire appel à un consultant SEO ?

L’appel aux services d’un consultant SEO s’impose dès la conception d’un site internet. Bien pensée à la base, une stratégie SEO représentera logiquement moins de budget à investir par la suite. Je m’explique : travailler le référencement naturel est indispensable alors autant l’intégrer dès la conception d’un projet et ne pas revenir par la suite pour « rattraper le tir ». Une stratégie SEO pensée à la base permet aussi d’optimiser d’autres leviers comme le SEA : des catégories bien pensées et une optimisation sémantique sont une opportunité pour améliorer le « Quality Score » des campagnes.

Le consultant SEO intervient aussi lors de la migration de site, qu’il s’agisse d’une migration de domaine, d’un regroupement de sites ou du passage sur une version plus récente de la technologie utilisée. Le but est de conserver les positions existantes et de trouver des opportunités d’amélioration.

Mais le consultant SEO n’intervient pas seulement lors de ces deux étapes. Un site internet « vit », surtout pour les sites comportant un nombre important de pages. Des catégories et pages sont créées et supprimées, des liens entrants pointent vers le site puis disparaissent. Un travail de monitoring constant est alors nécessaire pour préserver l’optimisation de son référencement naturel.

Pour conclure, quel est pour toi une bonne stratégie de référencement ?

C’est une stratégie qui doit être réalisable en matière de positionnement par rapport à la concurrence, avec des objectifs définis et des cibles identifiées. Mieux : c’est une stratégie définie en amont de la conception d’un site web.